De l'époque romaine jusqu'au Moyen Age, le village de Sainte-Croix se situait sans doute au confluent de la Sûre et de la Drôme vers le hameau actuel "Le Bourg."

A l'époque romaine une grande villa s'était aussi installée au lieu-dit Les Contamines (actuellement commune de Pontaix) dans un méandre de la Drôme. Des vestiges y furent trouvés, entre autre une belle mosaïque que l'on peut admirer actuellement au musée de Die. Cette villa fut détruite lors d'une crue de la Drôme ...

A cette époque, une via romaine partait de Die pour rejoindre Valence par la vallée de la Gervanne. La via passait par la rive droite de la Drôme. Un pont permettait de franchir la Drôme au confluent de la Sûre et les ruines du château St Girard atteste la présence en ce lieu d’un poste de surveillance et de péage.

La montagne des Tours de Quint domine le village. Elle doit son nom aux romains qui la situait "ad quintum lapidem", soit à la cinquième borne militaire de la route romaine. Elle devint donc la montagne de Quint et donna son nom à la vallée parcourue par la Sûre : la vallée de Quint. Sainte-Croix fait partie des 5 villages qui animent cette vallée.

Sur la montagne de Quint apparurent au XIème siècle 3 forteresses qui faisaient de ce site un endroit imprenable qui contrôlait le carrefour des vallées. Ces tours ont été détruites en 1581 par le duc de Mayenne, commandant de l’armée royale pendant les guerres de religion. Aujourd’hui il reste encore des ruines assez importantes.

Le village s'installa sur son site actuel lors de la création du monastère des Augustins au XIème siècle. Il se créa le long d'une rue très pentue et étroite qui mène dans le haut du village et qui débouche par un passage couvert sur l'ancien chemin de Beaufort. Le monastère tient toujours bonne place au cœur du village

Ce dessin du XVIIème présente les ruines des tours de la montagne de Quint, le vieux pont en dos d’âne sur la Drôme, le village avec le monastère et son clocher et l’ancien temple et son clocher. Aujourd’hui l’ancien temple a disparu, démoli en 1664 sur ordre du roi malgré la résistance des femmes du village.

A la même époque, l’évêque de Die interdit la sépulture desprotestants dans l’enceinte du cimetière catholique. Ceci explique le grand nombre de cimetières particuliers encore utilisés qui se trouvent dans les champs autour du village.

L’église actuelle de Sainte-Croix présente une particularité. Elle a été coupée en deux sous Napoléon. Les autorités ayant accepté que le transept et l’abside soient alloués aux catholiques et la nef aux protestants. Depuis lors elle porte donc deux clochers ...

En 1585 le monastère est incendié et pillé par les Huguenots durant les guerres de religion et restera en très mauvais état pendant des décennies ...

Le projet d'en faire un séminaire va entraîner des travaux importants vers 1689, mais ce projet n'aura qu'un temps et le monastère va entrer dans l'oubli jusqu'à la révolution où il est cédé par bail emphytéotique à la famille Grangier. L'église devient alors bien de la commune de Sainte-Croix.

 En 1872 les Dames de la Providence prendront possession du site et accueilleront des orphelines et des jeunes filles pauvres des environs. Elles leur donneront une éducation et les feront travailler dans une fabrique d'ouvraison de la soie toute proche sur les bords de la Sûre.

Le monastère est aujourd'hui un centre de rencontres international et demeure le coeur vivant du village.

Sainte-Croix

en Diois

Mairie

Histoire de Ste-Croix